Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 Mar

Animaux fantastiques , monstres , et autres créatures improbables III

Publié par M Corfmat Professeur d'Arts Plastiques  - Catégories :  #histoire des arts

Animaux fantastiques , monstres , et autres créatures improbables III

Les monstres de la mythologie grecque

La mythologie de la Grèce antique regorge de monstres terrifiants. Ces monstres, parfois grotesques, finissent toujours par être vaincus par les dieux ou les héros.

Beaucoup de ces monstres sont des êtres hybrides, résultant de l’union entre un être humain et un animal.

Ce n’est sûrement pas un hasard si sirènes ou harpies sont des créatures hybrides à tête de femme.

Dans la mythologie comme dans de nombreuses religions, la femme est représentée comme un danger ou une tentation parfois mortelle.

Le Bernin , 1630 Méduse terrifiée au moment où Persée lui tranche la tête

Le Bernin , 1630 Méduse terrifiée au moment où Persée lui tranche la tête

GORGONE

La Gorgone est un monstre des Enfers. Selon Hésiode il s'agissait des trois filles des divinités marines Phorcys et Céto : Sthéno (Σθεννω / Sthennô, « la puissante »), Euryale (Εὐρυάλη / Euryálê, « grand domaine1 ») et la plus célèbre, Méduse, qui était mortelle, contrairement à ses deux soeurs qui ne connaissaient ni la mort ni la vieillesse

On les représentait comme des jeunes femmes, souvent avec des ailes et de grandes dents, leur chevelure était constituée de serpents. Selon Ovide (les Métamorphoses), seule Méduse possédait de tels cheveux.

Poséidon, attiré par la couleur dorée des cheveux de cette Gorgone, s'était uni à elle dans le temple d'Athéna et Athéna lui donna cette apparence en guise de châtiment.

Persée brandissant la tête de Méduse, de Benvenuto Cellini (16e s.)

Persée brandissant la tête de Méduse, de Benvenuto Cellini (16e s.)

Animaux fantastiques , monstres , et autres créatures improbables III

LES GORGONES figurent sur de très nombreux monuments et leurs représentations est très diverses. On les imaginait sous la forme de belles jeunes filles mais le plus souvent elles apparaissent comme des femmes ayant une chevelure faite de serpents entrelacés,une croupe de jument et très souvent elles tirent la langue ....

L’apparence des gorgones est véritablement terrifiante. Elles possèdent des ailes d’or, des mains de bronze, d’énormes canines et une chevelure de serpents.

Elles étaient si horribles que quiconque les regardait était immédiatement changé en pierre. Selon certaines versions, seule Méduse possédait ce pouvoir. Nous avons conservé l’expression « être médusé ».

Des trois sœurs, elle était la seule à être mortelle.

Peter Paul Rubens (1577-1640), The head of Medusa. 1617

PERSEE

Persée reçut l’aide d’Athéna. Elle fit don à Persée d’un bouclier de bronze

poli qui faisait office de miroir.

Des nymphes lui donnèrent un casque qui le rendait invisible, une paire de

sandales ailées et un sac pour y mettre la tête de Méduse. Enfin, Hermès lui donna le sabre magique. Bien équipé, Persée put s’approcher de Méduse sans la fixer dans les yeuxgrâce au bouclier-miroir.

Il lui trancha la tête et l’offrit à Athéna.

Du sang de Méduse, enceinte de Poséidon, naquirent Pégase, le cheval ailé et Chrysaor, un autre monstre

MEDUSE : Percy Jackson et le voleur de foudre …

MEDUSE : Percy Jackson et le voleur de foudre …

Le choc des titans . 2010

Animaux fantastiques , monstres , et autres créatures improbables III

Caravaggio Testa di Medusa, 1590-1600

Firenze Galleria degli Uffizi

La tête de Méduse orne un véritable bouclier de parade en bois, donc une surface

convexe qui accentue l'expression de face de Méduse, qui vient d'être décapitée, la

tête tranchée par Persée ; le sang coule et elle est conforme à l'iconographie

traditionnelle du sujet avec ses cheveux en serpents agités et sa bouche ouverte, les

yeux révulsés, les sourcils froncés

La tête ne fait pas face, car elle pétrifierait son observateur, ce qui est rendu par la

non-symétrie des deux parties gauche et droite du visage.

Caravage se représente lui-même et met en scène sa propre mort

Il fait appel à son rôle de peintre qui fige un moment du temps dans sa représentation

du monde et ceci pour l'éternité. Il regarde le bouclier (comme miroir d'Athéna) se

voit lui-même, se voit mort et peint sa propre figure. Il est Persée et Méduse,

bourreau et victime

Animaux fantastiques , monstres , et autres créatures improbables III

Centaure

Botticelli a peint Pallas et le centaure pour Lorenzo de Médicis (le fils de Pierfrancesco),

peut-être dans l'intention de conclure une trilogie amorcée avec Le printemps et poursuivie avec La naissance de Vénus.

Pour ce tableau aussi de nombreuses interprétations ont été avancées. Celle qui semble la plus plausible en regard de la symbolique humaniste fait de la sagesse (Pallas) celle qui domine l'instinct (Le Centaure),

concluant ainsi la parabole humaniste présente dans les deux autres tableaux.

La forte et vigoureuse figure de Pallas provient de la sculpture classique alors que le sarcophage romain qui a inspiré le visage du centaure a été identifié.

Laurent le Magnifique offrira cette oeuvre à Lorenzo di Pierfrancesco de Médicis, qui venait d'épouser Sémiramis d'Appiamo. Laurent choisira un thème moral pour le nouveau mari qui jouissait d'une réputation sulfureuse. Sémiramis est Pallas, la Raison qui aura raison de la bestialité incarnée ici par le Centaure. "Que ton épouse t'apprenne et t'étaye à la raison". Sémiramis porte une robe brodée de l'insigne de Laurent le Magnifique : trois ou quatre bagues à diamant selon l'endroit.

Commenter cet article

James 26/11/2013 06:41

Interesting