Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 Mar

COMPÈRE GREDIN / 6e

Publié par FABIEN CORFMAT

Extrait :


 " Tout le monde le sait, un visage sans barbe, comme le vôtre ou le mien, se salit si on ne le lave pas régulièrement. La chose n’a rien d’étonnant. Mais pour un barbu, le problème est différent. Tout reste collé à ses poils, surtout la nourriture. La sauce, par exemple. Vous et moi, nous pouvons nous débarbouiller la figure avec un gant de toilette et avoir vite l’air plus ou moins présentable. Impossible pour les barbus. Nous pouvons aussi, avec un peu d’attention, manger sans nous faire des moustaches. Impossible pour les barbus. Observez bien un barbu manger, et vous verrez que, même s’il ouvre grand la bouche, il lui est difficile d’avaler du ragoût, de la glace ou de la crème au chocolat sans en laisser des traces sur sa barbe. Compère Gredin, lui, ne prenait même pas la peine d’ouvrir grand la bouche quand il mangeait. Et comme il ne se lavait jamais, les restes de ses repas se collaient à sa barbe. Soyons justes, il s’agissait de petits restes, car, en mangeant, il s’essuyait la barbe du revers de la manche ou du plat de la main. Mais si l’on y regardait de plus près (ce qui n’avait rien d’agréable !) on découvrait de petites taches d’oeufs brouillés, d’épinards, de ketchup, de poisson, de hachis de foie de volaille. Bref, de toutes les choses dégoûtantes que Compère Gredin aimait ingurgiter. Si l’on s’approchait encore plus près (attention ! attention ! mesdames et messieurs, bouchez-vous le nez !) et si l’on examinait bien sa moustache en bataille, on apercevait des rogatons plus consistants qui avaient échappé au revers de sa manche depuis des mois et des mois : du fromage vert grouillant de vers, un vieux cornflake moisi et même la queue visqueuse d’une sardine à l’huile. Avec cette barbe dégoûtante, Compère Gredin n’était jamais mort de faim. Il lui suffisait d’explorer sa jungle poilue d’un coup de langue pour trouver de quoi grignoter çà et là un morceau de choix. Vous voyez que Compère Gredin était un vieux bonhomme sale et malodorant. Mais ce que vous allez découvrir bientôt, c’est qu’il était aussi affreusement méchant. "


Les deux gredins de Roald Dahl,


traduit de l’anglais par M.R. Farré, éd. Folio junior

Les Gredins forment un couple uni : vieux, laids et crasseux, ils ne cessent de se jouer de sales tours. Commère Gredin fourre son œil de verre dans la bière de compère Gredin, lui prépare des spaghettis aux asticots ; et lui est capable de glisser une grenouille dans son lit et de la convaincre qu’elle est atteinte de ratatinette. Ils ont aussi quatre singes qu’ils obligent à vivre la tête en bas et qui vont se venger de ce traitement…

 

LA BARBE du gredin
Consignes : Représentez l’horrible gredin de Roald Dahl et sa barbe dégoûtante. Inspirez-vous du texte mais vous pouvez y ajouter une touche personnelle !

Etape 1 : Faites le PORTRAIT du gredin (affreux, sale et méchant!) en peinture.
Etape 2 : Faites sa BARBE et les restes de ses repas avec des matériaux, des fragments d’objets ou des éléments fabriqués par vos soins.

Contraintes : AUCUNE NOURRITURE, AUCUNE SAUCE ! On fait une imitation avec des matériaux transformés.

Conditions : Technique mixte EN RELIEF en classe, sur papier A3.

Commenter cet article

Archives

À propos

Blog Arts Plastiques du collège Françoise Dolto de Pont à Marcq