Parole, son émis par quelqu'un sous l'effet d'une émotion, d'un sentiment, d'une sensation ; hurlement : Pousser un cri de douleur.

Synonymes :

exclamation - hurlement

 

 

BEAUTIFUL MARS CATHEXIS PAINTING DAMIEN HIRST  2012  Peinture brillante sur toile  213 x 213 cm

BEAUTIFUL MARS CATHEXIS PAINTING DAMIEN HIRST 2012 Peinture brillante sur toile 213 x 213 cm

DAMIEN HIRST Beautiful, galactic, exploding screenprint (Spin), 2001DAMIEN HIRST Beautiful, galactic, exploding screenprint (Spin), 2001DAMIEN HIRST Beautiful, galactic, exploding screenprint (Spin), 2001

DAMIEN HIRST Beautiful, galactic, exploding screenprint (Spin), 2001

Ephémère, sonore et immatériel, le cri émane des émotions humaines.

 

Qu’il s’agisse de la souffrance, l’effroi, la fureur, le désespoir ou encore de l’extase et la joie chacune de ces émotions possède son cri.

À la fois signe de vie et de mort, le cri appartient au « langage » universel. Alors que l’image est par essence silencieuse ,

 

CONSIGNE/

Trouver des solutions pour résoudre le problème posé par le sujet : 

C’EST MON TRAVAIL QUI CRIE LE PLUS FORT !!!!!

Exploiter les possibilités expressives de la couleur, du geste, de la matière, du format pour évoquer la puissance d'un cri : de douleur / de rage / de peur / de frayeur / de surprise / de joie etc.

 

ORLAN,

Tout le travail d’ORLAN s’articule autour du corps, particulièrement du corps de la femme, soumis aux pressions politiques, sociales, religieuses, familiales.

 

La photographie lui a aussi souvent permis d’interroger le déterminisme des genres, à travers toutes les cultures. Dès les années 90, elle utilise la « chirurgie des images » comme la chirurgie du corps, pour élargir son éventail des possibles, explorer de nouvelles identités, en perpétuelle mutation.

«Notre corps nous appartient»

ORLAN :  Dans sa série de photographies hybridées « Les femmes qui pleurent sont en colère », ORLAN les remet à l'honneur, et en fait le véritable sujet des œuvres : en larmes ou en colère, ces femmes se mêlent au portrait de Dora Maar pour réinventer Picasso.
ORLAN :  Dans sa série de photographies hybridées « Les femmes qui pleurent sont en colère », ORLAN les remet à l'honneur, et en fait le véritable sujet des œuvres : en larmes ou en colère, ces femmes se mêlent au portrait de Dora Maar pour réinventer Picasso.ORLAN :  Dans sa série de photographies hybridées « Les femmes qui pleurent sont en colère », ORLAN les remet à l'honneur, et en fait le véritable sujet des œuvres : en larmes ou en colère, ces femmes se mêlent au portrait de Dora Maar pour réinventer Picasso.ORLAN :  Dans sa série de photographies hybridées « Les femmes qui pleurent sont en colère », ORLAN les remet à l'honneur, et en fait le véritable sujet des œuvres : en larmes ou en colère, ces femmes se mêlent au portrait de Dora Maar pour réinventer Picasso.

ORLAN : Dans sa série de photographies hybridées « Les femmes qui pleurent sont en colère », ORLAN les remet à l'honneur, et en fait le véritable sujet des œuvres : en larmes ou en colère, ces femmes se mêlent au portrait de Dora Maar pour réinventer Picasso.

LE CRI ET LA VANITÉ / Photographie LE CRI ET LA VANITÉ / Photographie

LE CRI ET LA VANITÉ / Photographie

L'idée de faire supporter au corps lui-même la figuration plastique du cri n'est pas nouvelle. Le bouclier peint par Caravage représentant une Tête de Méduse (qui est en même temps un autoportrait) reprend dans sa forme-même le rond de la bouche tandis que les cheveux serpentins de la Méduse recueillent l'onde sonore et portent en tous sens sa vibration. Le cri, ici encore, est exprimé.

Forme sonore, expression d'un affect, concept : le cri est tout cela

1893, crayon sur carton, 74×56 cm, Munch Museum, Oslo 1893, huile, pastel et tempera sur carton, 91×73,5 cm, National Gallery, Oslo 1895, pastel sur planche, 79×59 cm, collection privée 1910, tempera sur carton, 83×66 cm, Munch Museum, Oslo
1893, crayon sur carton, 74×56 cm, Munch Museum, Oslo 1893, huile, pastel et tempera sur carton, 91×73,5 cm, National Gallery, Oslo 1895, pastel sur planche, 79×59 cm, collection privée 1910, tempera sur carton, 83×66 cm, Munch Museum, Oslo

1893, crayon sur carton, 74×56 cm, Munch Museum, Oslo 1893, huile, pastel et tempera sur carton, 91×73,5 cm, National Gallery, Oslo 1895, pastel sur planche, 79×59 cm, collection privée 1910, tempera sur carton, 83×66 cm, Munch Museum, Oslo

Cri est l’une des premières statues, choc, que le visiteur découvre dans la partie moderne du Couvent des Jacobins à Rennes, dans le cadre de l’exposition Debout !   Adel Abdessemed.

Cri est l’une des premières statues, choc, que le visiteur découvre dans la partie moderne du Couvent des Jacobins à Rennes, dans le cadre de l’exposition Debout ! Adel Abdessemed.

« Je montre et dénonce cette violence qui nous entoure »

« Je montre et dénonce cette violence qui nous entoure »

"La fille de la photo" sort du cliché C'est une image qui a suffi à dire l'horreur de la guerre du Vietnam. Kim Phuc aurait pu n'être à jamais qu'une victime. Mais la photographie a changé son destin, en plaçant sur sa route une poignée d'anges gardiens.
"La fille de la photo" sort du cliché C'est une image qui a suffi à dire l'horreur de la guerre du Vietnam. Kim Phuc aurait pu n'être à jamais qu'une victime. Mais la photographie a changé son destin, en plaçant sur sa route une poignée d'anges gardiens.

"La fille de la photo" sort du cliché C'est une image qui a suffi à dire l'horreur de la guerre du Vietnam. Kim Phuc aurait pu n'être à jamais qu'une victime. Mais la photographie a changé son destin, en plaçant sur sa route une poignée d'anges gardiens.

La personne représentée est Lily Brick, muse de Rodchenko. Celui-ci, qui fait partie du mouvement constructiviste (courant artistique du XX ème siècle qui privilégie une construction plus ou moins géométrique des formes, le passage de la composition à la construction, et l'abandon du tableau du tableau chevalet au profit de la production àici : lignes droites, cercle, carrés) et productivisme (utilisation de nouveaux moyens techniques pour l'art àici : photographie) d'après la révolution d'Octobre 1917 (avant-garde russe de l'entre-deux guerres), exploite la force de l'image pour la propagande. Elle a comme message : « Des livres pour tous. Sur tous les thèmes et sur tous les sujets ». Son message est fortement mis en évidence, grâce aux couleurs employées (rouge, vert,...) et au graphismeLa personne représentée est Lily Brick, muse de Rodchenko. Celui-ci, qui fait partie du mouvement constructiviste (courant artistique du XX ème siècle qui privilégie une construction plus ou moins géométrique des formes, le passage de la composition à la construction, et l'abandon du tableau du tableau chevalet au profit de la production àici : lignes droites, cercle, carrés) et productivisme (utilisation de nouveaux moyens techniques pour l'art àici : photographie) d'après la révolution d'Octobre 1917 (avant-garde russe de l'entre-deux guerres), exploite la force de l'image pour la propagande. Elle a comme message : « Des livres pour tous. Sur tous les thèmes et sur tous les sujets ». Son message est fortement mis en évidence, grâce aux couleurs employées (rouge, vert,...) et au graphisme

La personne représentée est Lily Brick, muse de Rodchenko. Celui-ci, qui fait partie du mouvement constructiviste (courant artistique du XX ème siècle qui privilégie une construction plus ou moins géométrique des formes, le passage de la composition à la construction, et l'abandon du tableau du tableau chevalet au profit de la production àici : lignes droites, cercle, carrés) et productivisme (utilisation de nouveaux moyens techniques pour l'art àici : photographie) d'après la révolution d'Octobre 1917 (avant-garde russe de l'entre-deux guerres), exploite la force de l'image pour la propagande. Elle a comme message : « Des livres pour tous. Sur tous les thèmes et sur tous les sujets ». Son message est fortement mis en évidence, grâce aux couleurs employées (rouge, vert,...) et au graphisme

Prometheus. 17th.century. Gioacchino Assereto. Italian. 1600-1649. oil /canvas.

 

Le cri d'horreur et de douleur de Prométhée ...Figure héritée du « transmetteur du feu », Prométhée est surtout connu pour avoir dérobé le feu sacré de l'Olympe pour en faire don aux humains. Courroucé par cet acte déloyal, Zeus le condamne à être attaché à un rocher sur le mont Caucase, son foie dévoré par l'Aigle du Caucase chaque jour, et repoussant la nuit.
Le cri d'horreur et de douleur de Prométhée ...Figure héritée du « transmetteur du feu », Prométhée est surtout connu pour avoir dérobé le feu sacré de l'Olympe pour en faire don aux humains. Courroucé par cet acte déloyal, Zeus le condamne à être attaché à un rocher sur le mont Caucase, son foie dévoré par l'Aigle du Caucase chaque jour, et repoussant la nuit.

Le cri d'horreur et de douleur de Prométhée ...Figure héritée du « transmetteur du feu », Prométhée est surtout connu pour avoir dérobé le feu sacré de l'Olympe pour en faire don aux humains. Courroucé par cet acte déloyal, Zeus le condamne à être attaché à un rocher sur le mont Caucase, son foie dévoré par l'Aigle du Caucase chaque jour, et repoussant la nuit.

Après une durée de 30 000 ans, Héraklès passant par là tue l’aigle et délivre Prométhée ; celui-ci révèle alors à Zeus le secret – et Thétis sera donnée en mariage au mortel Pélée, et donnera naissance à Achille…

Retour à l'accueil